Expériences et Compétences de ASOP

Créée  en  1991,  ASOP  est  opérationnelle  au  Sud  Kivu  et  depuis  lors  jouit  d’une  personnalité juridique à travers le décret ministériel 416/CAB/MIN/J&GS/2003  du 02 JUIN 2003 signé par le ministre  national  de  la  justice.  Tout  en  étant  doté  d’une  personnalité  juridique,  ASOP  est enregistrée par les divisions du plan, des affaires sociales et de l’agriculture.

 

ASOP a développé des compétences et expertises dans plusieurs domaines au cours de ces deux dernières décennies dont nous pouvons citer entre autres domaines :

  1. Voix des faibles et Gouvernances

La promotion des droits humains et de la bonne gouvernance constitue un des axes stratégiques de ASOP.

Pour la matérialisation de cet objectif stratégique et dans le but de s’assurer de la qualité, l’efficacité et de la performance de ses interventions, ASOP a développé une approche de bonne gouvernance et de rédevabilité qui repose sur huit principes à savoir :

  • La participation et l’engagement,
  • Le genre, l’inclusion et non-discrimination,
  • L’égalité et l’équité,
  • L’efficacité et l’efficience,
  • La redevabillité et la responsabilisation,
  • La transparence,
  • La réactivité et performance organisationnelle
  • La collaboration et confiance,

En complément à ces principes, ASOP fait référence aux lois et différentes normes et dispositions internes et externes qui encadrent ses actions.

L’approche de bonne gouvernance au sein de ASOP vise la création des relations justes et durables entre les gouvernés et les gouvernants. Les quelles relations doivent contribuer au développement social et local. Pour ASOP, le développement local est un processus dynamique de mobilisation des acteurs organisés qui identifient leurs besoins et mobilisent les ressources nécessaires (internes et externes), mettent en œuvre des actions pour améliorer les conditions de vie sur leur entité. En d’autres termes, ASOP considère le développement local comme un processus durable de création, de production et de redistribution (partage équitable) des relations et des richesses ; où chaque citoyen doit trouver son compte conformément à ses besoins et intérêts spécifiques dans la transparence, la justice et l’équité.